QUI SOURIT ?

 

On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans. Voilà peut-être pourquoi nos jeunes bastidiens sourient dans l’air grec, ravis d’être tout à la fois ensemble et loin, embarqués dans ce voyage scolaire où ils ne pérégrinent ni « resserrés » ni « couverts  » (petite allusion à Montaigne pour ceux qui l’auraient oublié).

Pourtant, ce que nous ont laissé les architectes et les sculpteurs antiques ne prête guère à sourire. Colonnes hiératiques, marbres froids, gueules cassées, visages graves de la conscience de nos faiblesses et de notre finitude (nous nous trompons, nous souffrons, nous vieillissons, nous mourons).

Alors au détour d’une salle de musée, nous voici comme soulagés de croiser le sourire d’un kouros. Il nous surplombe de plusieurs mètres, se dresse dans son éternelle complétude, trop beau pour être vrai mais pour nous, mortels, presque amusant de perfection !

A D

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s